Attaques nocturnes à domicile, menaces, extorsions, coups et blessures,…voilà comment certains habitants du quartier Nkafu dans la commune de Kadutu ont passé la semaine du 22 au 28 juillet dans la ville de Bukavu.

En effet, le cas le plus récent est celui de deux familles attaquées par des bandits armés sur l’avenue de l’hôpital général respectivement les familles Pacifique Walemba et Emmanuel Cirunguti.

Selon le président de la société civile sous-noyau de Nkafu, une somme de 250 dollars américains, 1 ordinateur lap top de marque Packard dell, 2 sacs à dos contenant des diplômes et autres documents nécessaires ont été emportés par les assaillants munis d’armes blanches. Trois personnes ont été victimes de coups, des blessures et dépouillées de leurs biens notamment des pièces d’identité et 3 téléphones sur le tronçon routier place de l’Indépendance, Bondeko et Hôpital général chaque fois à partir de 20heures.

Le président de la société civile crie au secours des autorités pour sécuriser réellement la population « abandonnée » dans cette partie de la ville.

« Cette insécurité refait surface depuis le début de ce mois de juillet avec une vitesse de croisière. La population de Nkafu longtemps abandonnée doit être sécurisée. Nous demandons aux autorités policières et politico-administratives de multiplier les efforts pour sécuriser la population et ses biens. A la population d’intensifier la collaboration avec la police en dénichant les malfrats », recommande Julien Namegabe.

Notons que les bandits armés insécurisent plusieurs quartiers et tronçons routiers dans la ville de Bukavu, certains se faisant passer comme éléments de l’ordre. Ils portent des tenues militaires ou de la police avec des armes à feu et des armes blanches.

D’après notre source, la plupart se cachent dans les débits de boisson la journée pour opérer la nuit. La société civile plaide pour l’organisation des opérations de couvre-feu pour démanteler ce réseau.

Kivuavenir.com