La situation sécuritaire demeure inquiétante dans la province du Sud-Kivu et particulièrement dans la ville de Bukavu. Le tableau sécuritaire dans la commune de Bagira pour le seul mois de juillet 2019 démontre que ce secteur est loin d’être maitrisé : 5 personnes ont été assassinées, 17 maisons attaquées et plusieurs biens de valeur emportés par des hommes en uniformes.

A en croire le président de la société civile noyau de Bagira, Gentil Kulimushi, ce bilan macabre se répartie de la manière suivante :

  • 1 homme tué par balles au quartier Cahi en début du mois ;
  • 2 corps sans vie ramassés au quartier Cikonyi ;
  • 1 mort dans une bagarre au terrain de Nyakavogo ;
  • 1 motard poignardé par sa femme au quartier Mulambula.
  • 4 Ecoles du quartier Cikonyi visitées par des bandits armés notamment le complexe scolaire La Gloire, EP Pendo, institut Mushekere et l’institut Kasha.
  • 17 maisons attaquées dont 11 au quartier Ciriri, 4 à Cikonyi et 2 autres dans les quartiers environnants.

Cet acteur de la société civile alerte aussi qu’au cours du même mois de juillet, 33 maisons sont parties en fumée laissant plus de 40 familles à la merci des intempéries dans le quartier Cikonyi.

« Un mort est une perte de trop pour le développement de la province. Nous interpellons les autorités politico-administratives à prendre de bonnes décisions pour la sécurité et la protection de la population et de leurs biens. Nous invitons la population poursuivre les revendications et à renforcer leur collaboration avec les éléments de la police », insiste Gentil Kulimushi.

Malgré les dénonciations, les interpellations et recommandations des acteurs de la société civile au sujet de l’insécurité, l’opinion reste suspendue sur sa soif et crie à la bonne volonté des autorités de revoir leur façon d’assurer protection aux habitants dans cette partie du Chef-lieu de la province du Sud-Kivu.

Freddy Ruvunangiza