Interpellations, blessures et perte de plusieurs biens de valeur, tel est le bilan de la marche pacifique organisée par la société civile de Bagira ce 19 novembre, pour exiger la démission d’Antoine Bishweka Sinanyofi de la tête de la commune de Bagira dans la ville de Bukavu.

Selon le président de la société civile, noyau de Bagira,  le bilan provisoire fait état de 8 personnes blessées dont un journaliste de la radio Vision Shala, 7 personnes séquestrées, des téléphones, argent et plusieurs autres biens emportés par les enfants de la rue avec armes blanches (machette, lance pierres, couteaux,…).

A l’en croire, ces jeunes « montés par le bourgmestre Bishweka » ont agi en conspiration avec quelques éléments de la police en état d’ivresse disposés au niveau de  l’institut de Bagira, Makoma, Farialla et devant la commune de bagira.

« …de balles réelles et bombe à gaz lacrymogènes ont été tirés et jetés aux paisibles citoyens manifestants que la manifestation a été perturbée », affirme Gentil Kulimushi.

Condamnant ce comportement des policiers et du bourgmestre d’avoir monté « une milice », souligne le président Gentil Kulimushi, la société civile promet de se solidariser avec la population de bagira et annonce des actions d’envergure jusqu’à obtenir le départ d’Antoine Bishweka.

Jean-Marie M