Les acteurs de la société civile urbaine de Bukavu déplorent la légèreté par laquelle les agents affectés pour tester l’état de santé des passagers et spécialement les cas présentant des signes suspects d’Ebola mènent leur travail aux ports de Goma dans la province du Nord-Kivu.

En effet, cet appel est consécutif à la décision des autorités interdisant aux bateaux d’accoster aux ports de Bukavu ce matin 31 juillet 2019, au motif de retrouver un cas d’Ebola diagnostiqué à Goma qui aurait pris le bateau hier dans la soirée à destination de Bukavu.

Selon Julien Namegabe, président de la société civile de Nkafu, la population de Nkafu s’indigne de la négligence notoire, du manque de professionnalisme, de la non considération de l’alerte rouge que représente EBOLA en RDC aujourd’hui. De la méfiance face aux textes légaux du pays par les services habilités dans les ports qui ne font que rançonner des paisibles citoyens au lieu de s’assurer de la pleine sécurité sous toutes ses formes de passagers et des autres personnes exerçant aux différents ports de Goma.

C’est anormal, dit-il, qu’un cas s’échappe et embarque dans un bateau sans avoir été testé. Et pourtant, les agents commis impliqués à tous les niveaux sont sensés connaitre leurs responsabilités et développer des stratégies pour ne laisser personne sans être testé. « Le cas de ce jour est frappant et ces agents devraient en être interpelés ».

« La société civile demande aux autorités du pays de punir sévèrement tous les agents de services habilités aux installations portuaires du Nord Kivu qui seraient en plein service depuis hier soir à GOMA et qu’elles prennent, dès maintenant, de mesures nécessaires pour protéger la population du Sud-Kivu et ses environs non encore contaminée », recommande Julien Namégabe.

Il appelle la population à la vigilance et la souplesse à observer toutes les mesures sanitaires nécessaires recommandées par les experts de la santé.

Kivuavenir.com