Instaurée depuis deux semaines, la taxe infligée aux passagers aux frontières entre la province du Sud-Kivu et les pays voisins vient d’être suspendue par le gouvernement provincial. Cette décision rencontre la satisfaction des acteurs de la société civile qui, « après avoir récolté les plaintes des voyageurs, ont saisi le gouverneur pour un sursis ».

En effet, le service de la Direction provinciale de mobilisation et d’encadrement des recettes (DPMER) venait de soumettre tout voyageur au payement de 800 francs congolais dénommée « Taxe sur passager/tourisme », une taxe qui a fâché plus d’un congolais aux frontières et jugée inopportune voire inconstitutionnelle par le Bureau de coordination de la société civile du Sud-Kivu.

Dans son message, le Président de la société civile urbaine de Bukavu salue cette décision et en remercie l’exécutif provincial.

« Le noyau urbain de la société civile remercie le gouvernement provincial du Sud-Kivu pour avoir répondu favorablement à la plainte de la population en procédant à la surséance de la taxe sur passager/tourisme », souligne Maitre Zozo Sakali.

Cette structure citoyenne appelle, par ailleurs, le gouvernement provincial à l’assainissement des installations portuaires qui, du reste, regorgent plusieurs autres services tracassiers à l’endroit des passagers.

« Le noyau urbain exige par cette occasion le retrait des services non viables et non habilités dans les installations portuaires de la ville de Bukavu », insiste le Président urbain et de conclure « le peuple n’est pas naïf ».

Patrick Kambale