Deux défenseurs des droits humains Toussaint Mpuruta et Ephrem Bachishoga ont été libérés, mardi 12 mars, du cachot de la police de Labotte en commune d’Ibanda dans la ville de Bukavu.

Dans un communiqué de presse n°12/DP-PPI/RDC/DDH/03/2019, l’ONG Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), une organisation impliquée dans la défense des droits humains, l’a annoncé félicitant tous ceux qui se sont impliqués pour la libération de ces acteurs de la société civile. Elle déplore, toutefois, la détention de leurs collègues Ombeni Marc et Madesi Edmond « accusés faussement par un commandant de la police de Karhale » et en appelle à l’implication des autorités pour obtenir, eux aussi, leur relaxation.

Ci-dessous le communiqué du PPI

Partenariat pour la Protection Intégrée (PPI), une organisation de droit congolais à mandat régional œuvrant pour la promotion de la paix et la protection des défenseurs des droits humains, est heureuse de vous annoncer la libération depuis ce soir du mardi 12 Mars 2019 des défenseurs des droits de l’homme Toussaint MPURUTA et Ephrem BACHISHOGA qui étaient en détention depuis le 09 Mars 2019 au cachot de la police du groupe mobile d’intervention (GMI) à Labotte, Ville de Bukavu, Province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo.

PPI remercie les acteurs de la société civile dans la sa diversité et les organisations des défenseurs des droits de l’homme tant au niveau local, provincial, national, régional qu’international pour leur implication afin que ces DDH soient aujourd’hui en liberté.

PPI en profite également pour encourager le général Louis Second KARAHWA, Commissaire Provincial de la police nationale congolaise pour son sens élevé d’écoute et de responsabilité dans la gestion de ce dossier pour une solution idoine.

Par ailleurs, PPI rappelle que deux autres DDH dont Marc OMBENI et Edmond MADESI demeurent toujours en détention à la prison centrale de Bukavu depuis le 05 Mars 2019, et leur dossier est déjà fixé au tribunal de paix de Bukavu.

Tout en encourageant également les autorités judiciaires actuelles en charge de ce dossier à bien faire leur travail, PPI réitère néanmoins son appel à la solidarité de toutes les organisations de défense des droits de l’homme et de protection des DDH en particulier à travers le monde et qui sont entrain de joindre leurs voix à la sienne afin de multiplier le plaidoyer et accompagnement judiciaire pour que ces DDH recouvrent leur liberté le plus tôt que possible.

Pour rappel, ces défenseurs des droits de l’homme et acteurs de la société civile sont poursuivis pour avoir dénoncé à travers une dépêche les actes de tortures et autres traitements cruels, inhumains et dégradants ainsi que les arrestations arbitraires et détentions illégales régulièrement enregistrés au sous commissariat de la police de Karhale, sous la responsabilité du commandant Egide KITUMAINI, au quartier Nkafu, commune de Kadutu, ville de Bukavu, province du Sud-Kivu en République Démocratique du Congo.

Ainsi fait à Bukavu, le 12 Mars 2019.

Pour PPI,

Maitre Pascal MUPENDA
Directeur des Programmes RDC.
secretariatexecutifrdc@ppi-ong.org;
pascalmupenda1@gmail.com
www.ppi-ong.org