Des déviations s’enregistrent dans le chef de certains éléments de force de sécurité et de l’ordre causant la recrudescence de l’insécurité dans la ville de Bukavu et en milieu rural. La nuit de jeudi à ce vendredi 22 février, un militaire FARDC a été attrapé alors qu’il tracassait la population avec son arme à feu.

Selon les témoins, cet élément FARDC se cachait derrière un arbre sur la route qui mène au complexe scolaire Espoir 2 situé sur avenue de l’antenne au quartier Ndendere dans la commune d’Ibanda.

« La population, qui en a marre, s’est jeté sur lui voulant tout simplement lui ôter la vie une fois pour toute. C’est grâce à l’intervention de certains leaders que la tension a été maitrisée d’où la décision de l’amener à l’auditorat militaire », renseigne un habitant tout contrarié.

Généralement, « le constat est amer dans plusieurs quartiers de la ville de Bukavu » selon les acteurs de la société civile qui rapportent au quotidien des cas d’insécurité. En connivence avec certains éléments de l’ordre, les bandits opèrent avec des armes et tenues appartenant aux policiers ou à l’armée.

« …certains militaires et policiers en patrouille sont, en même temps, impliqués dans le vol et tuerie en collaboration avec des malfrats qui déstabilisent la ville. C’est pourquoi, nous appelons les autorités à mettre fin à cette barbarie pour espérer à une véritable paix dans cette province », ajoute notre source.

Notons que la paix et la sécurité sont l’une des attentes de la population du Sud-Kivu vis-à-vis du nouveau gouvernement après les élections du 30 décembre dernier.

Elie Bigaba