Le développement dune nation passe, non seulement par la politique ou l’économie mais aussi la culture. L’Afrique ne saurait atteindre son développement sans avoir associé tous ses filles et fils, chacun selon son domaine d’expérience. C’est ce qu’entendent les sorciers africains qui viennent de décider qu’il est grand temps de mettre au service de la nation leur don par la convocation d’un congrès ordinaire en février prochain.

Pour eux, apprend Kivuavenir.com, si les blancs se servent de leur sorcellerie (magie blanche) pour le bien de l’humanité, les noirs devraient en faire autant et non seulement causer du tort à leurs frères africains.

En effet, l’une des décisions de ce congrès sera la fin de l’utilisation de la sorcellerie à des fins négatives. En Afrique, la sorcellerie tue autant que d’autres pandémies et reste accusée du retard sociologique du peuple africain. Les sorciers de la république d’Ouganda vont se réunir lors dudit congrès ordinaire pour faire le bilan de leur don et projeter le futur. Ce changement radical des sorciers serait le résultat de la constatation du presque rien que cette science a apporté à lAfrique.

Oshim Rojigan, l’un de plus grands sorciers du pays et qui a pris la peine de convaincre ses partenaires du village ougandais Kabbale, a déclaré que depuis trois ans, aucun sorcier sous ses ordres n’a ensorcelé et cela est un bon signe.

« …il est temps que les langues parlent bien de la sorcellerie africaine. LAfrique a plus que jamais besoin de nous », a-t-il lâché.

Les sorciers africains pourront partager leurs expériences et échanger à fond au tour de leur métier en vue dun avenir meilleur de tout le continent.

Selon nos sources, la presse locale n’a pas manqué de tirer de toutes les ironies et des journaux en ont profité pour mettre des visages des sorciers à la une des pages.

Des précisions sur lagenda dudit congrès seront révélées.

NIARELA