Les faits sont têtus, dit-on ! Plusieurs congolais résidents ou vivant à l’extérieur du pays ont combattu au côté de l’opposition pour contraindre le président sortant, Joseph Kabila, au respect de la constitution l’interdisant de briguer un troisième mandat. A l’issue des élections démocratiques organisées le 30 décembre dernier, l’opposant Félix Tshisekedi est proclamé Président élu mais contesté par un autre opposant Martin Fayulu.

Dès lors, cette victoire se présente comme un goulet d’étranglement au sein de la Diaspora et des résidents congolais appelés, pourtant, à apporter leur expertise dans la nouvelle gouvernance du pays. Sindika Dokolo, un multi-millionnaire congolais à qui on ne reprochera jamais de chercher à entrer dans la “mangeoire” ou à faire la politique du ventre fait la différence. Il croit qu’il ne sert à rien de demeurer dans un scepticisme séquentiel qui pourrait amener à dire autrement l’arrêt de la Haute Cour de la RDC.

« …On a passé cette étape-là. On est dans une autre séquence politique. Felix Tshisekedi est président…, qu’on le veuille ou qu’on ne le veuille pas », tranche Sindika Dokolo.

Pour lui, le Président FATSHI incarne le changement pour lequel ils ont tous combattu, un changement longtemps attendu par le peuple congolais et, pour y parvenir, le Président a besoin du soutien de tous.

« Je n’ai aucun doute que Felix Tshisekedi est engagé pour le changement. Très honnêtement, c’est le sens de son combat politique. C’est le sens du combat politique de sa grande famille politique l’UDPS et de son défunt père Etienne Tshisekedi », poursuit-il.

Et pourtant, la coalition Lamuka demeure dans un espoir d’obtenir l’annulation de l’arrêt de la Cour constitutionnelle de la RDC auprès de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples ; récemment saisie par Martin Fayulu. Dans son intervention au journal Kivuavenir.com, le Constitutionnaliste André Mbata recadre Lamuka le rappelant à la raison.

« Il n’y a donc pas et il n’y aura jamais deux présidents de la RDC et tous nos amis le savent parce que notre candidat non-élu et président auto-proclamé n’a même pas prêté serment. Il n’a pas non plus reçu un seul message de félicitations de ses parrains. Enfin, il semble y avoir renoncé lui- même. A leur Eglise commune de Philadelphie, devant Dieu et devant les hommes, il a eu la grande sagesse de ne pas se présenter et de s’effacer devant son “Frère” Felix (Tshisekedi) pour recevoir la bénédiction divine destinée au nouveau Président de la République Démocratique du Congo », souligne le Professeur André Mbata.

Le Professeur estime que l’homme d’affaires Dokolo l’a su exprimé en dévoilant sa position tournée, désormais, vers l’avenir de la RDC.

« Contrairement à mes prises de position dans les réseaux sociaux…, je n’ai aucun problème à travailler avec Felix Tshisekedi. (…) C’est un président qui est issu de l’Opposition et il faut travailler avec lui pour essayer de l’aider dans son effort de changement… Il faut l’aider tout en continuant cette action de vigilance citoyenne et d’exigence », soutient le multimillionnaire Sindika Dokolo.

Pour rappel, Sindika Dokolo est le fondateur du mouvement citoyen Débout Congo qui s’est rangé aux côtés de l’opposition congolaise pour exiger l’alternance à la tête de la République démocratique du Congo.

Jean-Marie Mulume