Des bandits armés ont fait incursion à l’Institut de Goma dans la ville de Goma la nuit de dimanche à ce lundi 18 mars. Ils ont tué deux sentinelles et saccagé les bureaux avant de se frayer le chemin.

Des témoins renseignent que les élèves et leurs enseignants ont retrouvé les corps des victimes décapitées gisant dans la cours. Ces corps auraient été fauchés par machette et abandonnés dans les bourreaux.

Les criminels, ajoutent nos sources, ont également pillé beaucoup de matériels de bureau dont les ordinateurs avant de détruire certaines installations de cette institution éducationnelle.

La population de la ville de Goma s’est jointe aux élèves et enseignants de l’Institut de Goma pour manifester leur indignation face à ce meurtre.

La société civile du Nord-Kivu se dit choquée, une fois de plus, de ce nième cas de meurtre dans le chef-lieux de la province. Elle demande aux services de sécurité de diligenter des enquêtes pour dénicher les meurtriers et les punir selon la loi.

« …l’ennemi n’est pas très loin de nous, nous sommes infiltrés. Il vit avec nous et tiens à réussir son objectif. Les autorités doivent agir pour contenir cette insécurité. La population ne doit continuer à être fauchée au grand silence de ses dirigeants », a lâché un membre de la société civile de Goma, sous anonymat.

Par Freddy R.