La situation sécuritaire dans les hauts plateaux de Kalehe en province du Sud-Kivu demeure précaire après les récents affrontements meurtriers, le weekend dernier, entre les militaires FARDC et les Raiya Mutomboki à Kambegeti, dans le groupement de Kalima à Bunyakiri.

Des sources sur place renseignent qu’au cours des accrochages, un Capitaine FARDC aurait été tué et des munitions emportées par les rebelles vers Kambali ; ce qui a accentué la peur dans le chef de la population civile.

Selon la société civile contactée par la rédaction du journal Kivuavenir.com, le territoire de Kalehe connait l’activisme des groupes armés à grande échelle dans la province. Dans les limites du groupement de Ziralo et Ufamandu, on signale des affrontements réguliers entre les mai-mai Nyatura contre ceux du colonel Aguma ; deux seigneurs de guerre qui contrôlent Ziralo et Kashovu, respectivement dans la province du Sud-Kivu et du Nord-Kivu.

A en croire certains habitants de Katasomwa, la situation reste relativement calme dans les villages périphériques notamment Rutare et Mutindiro sous contrôle des miliciens du Conseil national pour le renouveau et la démocratie (CNRD). En effet, ces rebelles bien armés et accompagnés de leurs dépendants dont le nombre avoisinerait 2447 ont érigé, récemment, des campements dans les deux villages précités mais les raisons de leur présence dans la zone restent inconnues par les autorités locales.

La société civile se dit inquiète du comportement de ces miliciens qui, pourtant, auraient dit aux populations locales « qu’ils étaient simplement de passage dans la zone mais vu leurs actions actuellement dont la construction d’abris, l’exploitation des minerais et l’occupation illégale des champs pour la culture de certains produits vivriers », l’on pourrait conclure qu’il s’agit plutôt plutôt d’une installation à long terme.

Cette structure citoyenne déplore que ces porteurs d’armes, par souci d’assurer leur survie, ont procédé aux cas de collecte forcée des vivres auprès des populations locales trouvées sur place ainsi qu’aux extorsions des biens à l’encontre des civils fréquentant le tronçon routier Katasomwa-Bunyakiri, Shanje-Lumbishi- Tchambombo-Ziralo.

En plus des affrontements, ces exactions contre les populations civiles de Rutare et Mutindiro sont la cause d’un déplacement d’un bon nombre des ménages estimées à 12514 menages vers les villages environnants et peu sécurisés notamment Katasomwa, Ramba, Murangu, Chirimiro, Mushunguti (groupement de Mubugu), Tushunguti, Kusisa, Lulere et Matutira ( groupement de Ziralo) et les autres villages couverts par les FARDC en vue de se mettre à l’abri.

Au regard de cette situation qui devient de plus en plus inquiétante, et pour ramener la paix dans cette partie du Sud-Kivu, le Cadre de concertation territorial de la société civile (CCTSC) de Kalehe dénonce avec force la présence massive des rebelles CNRD/FDLR à Mutindiro et Rutare et appelle la Communauté internationale à un rapatriement urgent de ces miliciens dans leur pays d’origine.

La Rédaction