La société civile de Kalehe se réjouit de l’opération de traque des groupes armés locaux et étrangers actifs dans les hauts et bas plateaux de Kalehe déclenchée depuis mardi 26 novembre 2019 en groupement de Ziralo.

Dans une interview avec le journal Kivuavenir.com, le Président du Cadre de concertation territorial de la société civile de Kalehe salue la détermination des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) de ramener la paix en groupement de Ziralo.

« Nous sommes totalement ravis de ces traques contre les groupes armés locaux et étrangers actifs dans le territoire de Kalehe et remercions la hiérarchie militaire du Sud-Kivu qui a organisé ces opérations. C’est un ouf de soulagement de voir les FARDC engagées pour l’établissement de la paix dans cette partie du territoire », s’est réjoui Delphin Birimbi.

A l’en croire, la société civile poursuit la sensibilisation des populations civiles à se désolidariser des groupes armés et d’appuyer l’armée régulière dans la recherche de la paix.

« Nous sommes en train de sensibiliser la population à dénoncer les cas d’insécurité et appuyer les forces loyalistes pour qu’on en finissent avec le phénomène groupes armés à Ziralo », rassure le Président.

Il demande aux FARDC de poursuivre les miliciens jusqu’à leur rapatriement dans leurs pays d’origine et sécuriser les populations civiles actuellement en déplacement vers les zones sécurisées.

« (…) nous demandons aux FARDC de voir comment elles peuvent orienter ces éléments étrangers vers leurs pays natals et finir avec l’intégration des éléments locaux. […] Nous souhaitons que ces opérations soient écourtées pour permettre le retour des familles déplacées dans leurs propres villages », ajoute-t-il.

D’après le Speaker des FARDC en province du Sud-Kivu, « ces opérations ont pour but de déloger ces rebelles de toutes les positions qu’ils occupaient et rétablir l’autorité de l’Etat dans cette partie du pays ».

Déjà, l’armée congolaise a récupéré les localités Kitindiro, Rutare 1, Nganjo et Bibatama qui étaient déjà sous le contrôle des rebelles.

Le capitaine Kasereka appelle les populations des hauts plateaux de Kalehe au calme, à soutenir l’armée régulière et à éviter toute collaboration avec tous les groupes armés.

La Rédaction