Pour la deuxième fois 12 ans après, le peuple de la République Démocratique du Congo s’est rendu aux urnes pour élire les députés provinciaux. Ce n’est qu’à l’issue de ces élections du 30 décembre 2018 que les Assemblées provinciales ont reçues des nouveaux locataires pour un mandat de cinq ans et d’ici mars, ils devront voter pour les sénateurs. Présent à la plénière de ce mercredi 30 janvier, le député Georges Musongela, élu de la circonscription électorale de Bukavu ville, pense que la population ne doit pas attendre la fin du mandat pour évaluer leurs élus. Et, les premières actions attendues des députés sont les élections des Sénateurs et du Gouverneur de la province et son adjoint.

Au regard des candidatures en lice pour ces postes, la population crie au bon sens des députés pour espérer trouver en eux du sérieux. Le peuple appelle à élire des acteurs qui ont un profil et non les experts en corruption. Cet appel du peuple est partagé par la plupart des députés du Sud-Kivu.

« La population qui nous a fait confiance, pourra nous évaluer lors des élections prochaines, celles des sénateurs et du gouverneur de province », a souligné Me Musongela, interrogé par un reporter de Kivuavenir.com

A la question du monnayage, d’injonction ou de mot d’ordre des autorités morales des partis politiques lors des élections qui pointes à l’horizon, Me Georges affirme qu’il s’agit « d’un premier test des élus par la population ».

« Pour les candidats qui vont se présenter aux sénatoriales et à la gouvernance de la province, nous allons nous assumer en ne votant que des projets qui seront convainquant et qui vont viser l’intérêt de toute la province », a-t-il martelé.

Notre source interpelle alors ses collègues députés à se déployer pour bien faire le travail en brisant les anciennes habitudes car le peuple attend beaucoup d’eux.

« Nous rappelons à nos collègues députés que nous sommes là pour évaluer les politiques publiques, mais aussi pour les appuyer pour que l’Exécutif puisse les conduire au bénéfice des populations. Chaque député est l’élu du peuple et il a l’obligation de ne pas décevoir ce peuple », a conclu Me Georges Musongela.

Pour rappel, la province du Sud-Kivu s’est doté de 44 députés élus selon les résultats provisoires publiés par la CENI samedi 12 janvier. Avec 4 chefs coutumiers coptés, l’Assemblée provinciale aura au total 48 locataires.

Elie Bigaba