Les Jeunes des territoires de Fizi, Uvira, et Mwenga sont appelés à éviter la haine à fin de construire « le vivre ensemble en paix ».  L’Action des Jeunes Solidaire pour la paix AJSP a fait cet appel ce samedi 6 avril 2019 à Bukavu au cours d’une conférence débat tenue dans la salle de la paroisse de Panzi Mgr GUIDO MARIA CONFORTI. Parmi les difficultés énormes de l’intégration et de la cohabitation pacifique y figurent l’hypocrisie, le Trans nationalisme des communautés, et l’absence de l’Etat.    Comme remède, il invite les jeunes à bannir les manipulations, à construire sur la paix, à éviter la xénophobie, à cultiver des valeurs de la démocratie et à faire un mixage culturel en adoptant le mariage entre communautés.  Comme par exemple 100 couples de jeunes de communautés différentes peut apporter une louer d’espoir d’en finir avec les conflits.

Cet événement  à l’intention des jeunes des communautés Banyamulenge, Bembe, Banyindu et Bafuliiru a porté sur le thème central : « le vivre ensemble socle du développement durable : rôle de la jeunesse pour un développement socio-économique ».

Le premier intervenant, Prof. Dr Florent MUNENGE MUDAGE, chercheur sur les questions d’intégration régionale dans la région des grands lacs et spécialiste de l’immigration des peuples dans la région, a édifié les participants, sur « l’intégration régionale dans la région de grands lacs ».

Il a, dans son exposé, montré que l’intégration dénote l’acceptation des peuples entre eux. Cette région peine à retrouver la paix à cause des plusieurs maux. Le tribun fait allusion aux conflits identitaires qui gangrènent le développement dans la région.

Avant de proposer le remède à ce fléau, le PhD en relation Internationale et enseignant d’Universités démontre aussi que parmi les difficultés énormes de l’intégration et de la cohabitation pacifique y figurent l’hypocrisie, le Trans nationalisme des communautés, et l’absence de l’Etat.

Comme remède, il invite les jeunes à bannir les manipulations, à construire sur la paix, à éviter la xénophobie, à cultiver des valeurs de la démocratie et à faire un mixage culturel en adoptant le mariage entre communautés.

Comme par exemple 100 couples de jeunes de communautés différentes peut apporter une louer d’espoir d’en finir avec les conflits.

D’autres part, un jeune présentant sur l’impact économique des conflits dans les milieux, Toyi MIREFU l’entrepreneuriat est un remède pour atténuer l’intensité des manipulations de jeunes. La source des conflits c’est d’abord, ce sont les économies qui sont visée. Il a appelé les jeunes à un entreprenariat accru afin de garder toute son indépendance.

Créer une entreprise implique la fixation des objectifs Spécifiques, mesurables, atteignables, à temps record.

L’expert du STAREC convié à ces assises, lui appelle les participants à l’unité et à dissuader les propos de la haine.

Clément MUTEWA WAKANDWA initiateur de l’Action des Jeunes Solidaires pour la Paix AJSP une organisation issue des finalistes de la première promotion du département de Paix et transformation des conflits de l’UEA, se réjouit de la tenue de la conférence et félicite les  intervenants pour la pertinence. Les jeunes Banyamulenge vivement représentés, MUTEWA déplore néanmoins la faible participation des jeunes d’autres communautés. Estime des sensibilisations seront intensifiées afin d’mener d’autres jeunes à adhérer au vivre ensemble.

Il lance un appel aux orgnaisations et aux hommes de bonne volonté de leur venir en  appui afin de juguler ce conflit entre les communautés vivant les territoires de Fizi, Uvira, Mwenga et les environs.

Kivu Avenir.