Au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l’élection législative nationale, peu après les provinciales, le Collectif des Avocats de la coalition CACH conteste les chiffres de la CENI et annonce le dépôt de leurs recours dans les prochaines heures, conformément aux dispositions légales. Maitre Alfred Maisha, cadre de la coalition CACH et Porte-parole de l’UNC en province du Sud-Kivu l’a affirmé dans l’émission ‘‘Paix et Développement’’ ce dimanche 13 janvier à radio Maendeleo.

D’après lui, il est incompréhensible que la CENI ait proclamé les résultats du scrutin provincial alors que plusieurs circonscriptions étaient encore en pleine compilation des données. Ce qui n’est pas sans conséquences dans le chef des candidats.

« Je le dis comme LAMUKA, qui s’attendait que Nangaa proclame les provinciales le même jour que le présidentiel ? Tous les bureaux n’avaient même pas encore fini à centraliser les résultats ; lui proclame. Conséquences : même les élus y compris sur la même liste, même le nombre d’arrivée des voix entres les élus sur la même liste n’est pas respecté dans beaucoup d’endroits », a-t-il déploré.

Ce jeu mis en place par la kabilie dénote un vol prémédité pour envisager obtenir la majorité parlementaire du FCC après avoir perdu la magistrature suprême.

« Le camp présidentiel a lâché à le [scrutin] présidentiel mais a conservé sa survie à travers les législatives. Nous avons compris que ce sont des gens qui craignent après avoir constaté qu’ils ont perdu la présidentielle », a-t-il noté.

A l’issue de la proclamation des résultats provisoires de la députation nationale intervenue samedi 12 janvier, alors que pour la provinciale c’était mercredi 09 janvier, la coalition CACH constate, non pas sans regret, qu’elle a été en première position dans certaines circonscriptions électorales aussi bien au Sud-Kivu que dans plusieurs coins de la République, mais n’a pas été proclamée.

« …Il n’y a pas de plus grand malheureux dans cette histoire comme nous [UNC] dans plusieurs circonscriptions électorales où nos listes sont en tête mais nous ne sommes pas proclamés. (…) Il y a des circonscriptions où nous contestons le seuil. Nous n’avons pas de siège à Shabunda et dans plusieurs circonscriptions », a-t-il révélé.

Remettant en cause ces résultats, l’Avocat Maisha Bishobibiri affirme que les partis politiques UDPS et UNC s’en vont aux juridictions compétentes pour obtenir gain de cause.

[…] La loi prévoit 8 jours pour la contestation des résultats de la législative nationale ou provinciale.  J’ai avisé les confrères que nous ne devons pas attendre ( …) Nous allons introduire le recours pour que l’on nettoie là où il faut nettoyer », fait-il savoir.

Il regrette, en plus, que la CENI « n’ait pas dévoilé le seuil » pour la province du Sud-Kivu afin de permettre à chaque parti politique de savoir les suffrages valablement exprimés et le nombre de voix obtenues par parti afin de pouvoir faire le calcul. Chaque candidat devrait, à ce niveau, connaitre le nombre réel des voix obtenues et avoir des éclaircissements sur le seuil.

Patrick Kambale