Sauf accord explicite, désormais, la monogamie devient une loi en Guinée. Sur 73 députés nationaux présents à la plénière de jeudi 09 mai, 71 ont voté pour la réforme de l’ancien code civil qui autorisait la polygamie.

D’après l’AFP, c’est en de décembre dernier que le Parlement guinéen avait adopté un nouveau code civil dont l’article 281 affirmait que « le mariage peut être conclu soit sous le régime de la monogamie, soit sous le régime de la polygamie limitée à quatre femmes ». Le texte disait aussi que « faute pour l’homme de souscrire à l’une des options, le mariage est présumé être placé sous le régime de la polygamie », laissant ainsi le dernier mot à l’époux.

Le texte n’ayant pas trouvé consensus, il a été renvoyé au parlement pour nouvel examen. C’est ainsi que « le mariage est soumis [désormais] au régime de la monogamie pour tous les citoyens guinéens ».

Dans ce pays à prédominance musulmane, certains estiment que cette nouvelle loi est votée viole les coutumes guinéennes pour plaire aux occidentaux.

 « Les lois qui sont prises aujourd’hui, c’est pour faire plaisir aux Occidentaux sans tenir compte de nos coutumes et de nos meurs », a dit le député Aboubacar Soumah, l’un des deux députés qui auraient voté contre.

A en croire le confrère, l’ancien ministre de la Communication, Alhoussein Makanéra Kaké, surenchérit que dans ce pays d’Afrique de l’Ouest, « il y a plus de femmes que d’hommes » et pour lui, il préférerait voir sa fille « deuxième ou troisième épouse que de la voir vieillir sans homme ».

Par ailleurs, les organisations guinéennes de défense des droits de l’homme se réjouissent de la modification de l’ancien texte qui « discriminait la femme ».

Pour tout homme désireux d’épouser une deuxième femme, il lui faudra obtenir l’aval de sa femme légitime sans lequel il ne le pourra.

La Rédaction