L’épidémie la plus meurtrière que la RDCongo ait connue, l’Ebola, a déjà fait plus de 400 morts. Selon la coordination médicale de Médecins sans frontière (MSF) au niveau de Beni dans la province du Nord-Kivu, la courbe de décès est loin de baisser malgré la campagne de vaccination organisée dans cette région de l’Est de la République démocratique du Congo.

« La situation à Butembo et Katwa n’est absolument pas contrôlée. La grande majorité des cas ne sont pas connus et plus ou moins la moitié des cas confirmés sont des décès », a expliqué Laurence Sailly, la coordinatrice de MSF à Beni.

Deux villages notamment Katwa et Butembo constituent le foyer de propagation du virus à Ebola à tel enseigne qu’ils rapportent plus de 65% de cas, selon le ministère de la santé publique.

Ces villages où des structures sanitaires de prise en charge ont été récemment saccagées suite à des tensions politiques, Médecins sans frontière redoute l’incapacité de faire face à cette épidémie.

« Nous parlons d’une population qui a connu de nombreuses années de conflit et qui doit désormais faire face à l’épidémie d’Ebola la plus meurtrière que le pays ait jamais connue », a-t-elle renchéri.

Néanmoins, du côté du ministère national de la santé, la surveillance quotidienne continue dans ces zones. La majorité de nouveaux cas confirmés à Katwa sont ceux qui ont refusé la vaccination et ont été en contact avec des cas contaminés, note le ministère.

Déclarée à Beni depuis le mois d’août 2018, l’épidémie d’Ebola s’étend aujourd’hui sur plusieurs zones dont la ville de Goma où 5 cas sont diagnostiqués.

Jean-Marie M