Les communautés estudiantines du Nord-Kivu annoncent le lancement d’une pétition contre l’inaction de la MONUSCO et sa complicité dans les tueries à Beni dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Dans un communiqué publié mardi 26 novembre, le collectif des étudiants a appelé à sécher les cours dans toutes les universités et institutions supérieures du Nord-Kivu jusqu’à nouvel ordre.

Ils se disent fatigués de continuer à enterrer les leurs massacrés par des rebelles ougandais ADF dans le territoire de Beni en province du Nord-Kivu.  Devant ces drames, disent-ils, la mission onusienne reste silencieuse à tel enseigne qu’elle conspire avec les groupes armés dans leurs opérations.

« Une pétition sera lancée en ligne pour recueillir les signatures et les points de vue des uns et des autres sur le maintien ou non de la Monusco dans cette partie du territoire congolais en proie à l’insécurité meurtrière depuis bien d’années. Il y a 20 ans qu’ils sont dans notre pays et leur mandat est de sécuriser la population civile. Mais, comment comprendre que les rebelles viennent nous tuer dans la zone où la MONUSCO est présente ? », a dit d’un ton contrarié un jeune originaire de Beni interrogé par notre reporteur à Goma.

Deux jours après des tensions populaires à Beni, la présidence de la République a rassuré que l’armée congolaise va bientôt installer son quartier général à Beni et la Monusco appuiera les FARDC dans les opérations de la traque des ADF.

Gisèle Kabika