Dans son discours d’adieu à la nation, la veille de la passation civilisée du pouvoir avec le nouveau Chef de l’État, le Président sortant Joseph Kabila, conscient de la lourde responsabilité à la tête de la nation, se félicite toutefois d’avoir contribué avec détermination au progrès de la république démocratique du Congo.

C’est avec l’humilité qu’impose la conscience de l’immensité de la tâche mais aussi la détermination de réussir que seule permet une grande foi en Dieu et en son peuple que, par un jour ensoleillé du 26 janvier 2001, j’ai répondu à l’appel de la nation en prêtant serment, pour la première fois, le serment constitutionnel en tant que Président de la République“, a-t-il souligné mercredi 23 janvier 2019 à la télévision nationale congolaise, RTNC.

Ce discours élégant exclu loin du Chef de l’État la prétention d’avoir répondu définitivement aux besoins de la nation mais il affirme avoir accompli bien de choses au cours de son mandat.

Depuis, nous avons beaucoup fait sans prétendre avoir tout fait“, rassure-t-il.

La résistance de tous contre l’action néfaste et résolue des ennemis, poursuit le Président, a été une grande contribution dont chacun devrait se réjouir.

“… en dépit de l’action néfaste et résolue des ennemis de notre peuple, je n’ai jamais trahi mon serment. La détermination n’a jamais faibli et avec l’auto-concours à tous, beaucoup d’obstacles ont été franchis, de bonnes choses accomplies. Au regard de là où nous étions, d’il y a une quinzaine d’années, il y a de quoi nous réjouir“, a-t-il insisté.

Premier Président qui aura marqué l’histoire de la RDC par une première alternance démocratique au sommet de l’État, Joseph Kabila est succédé par Félix Antoine Tshisekedi investi depuis ce jeudi 24 janvier.

J.Marie M