Depuis le lancement de sa pétition contre la société Bralima Bukavu, la Fédération de la Société Civile du Sud-Kivu (FSCC) poursuit, sans relâche, la récolte des signatures auprès des populations. En effet, cette structure citoyenne accompagne les habitants de Kasha qui accusent la Bralima de polluer l’environnement et exigent cette société brassicole un payement d’une amende allant jusqu’à 100 millions des dollars américains.

Dans un entretien avec Kivuavenir.com, le président de la FSCC, Fréderic Mushagalusa affirme que la collecte des signatures se poursuit pour cette lutte initiée depuis beaucoup de temps.

« La Fédération de la Société civile congolaise du Sud-Kivu poursuit avec la récolte des signatures pour une large légitimité avant l’organisation de la marche pour le dépôt officiel. Elle précise qu’après compilation ce matin, elle réalise qu’elle est déjà à 3417 signatures », s’est-il félicité.

A l’en croire, cette pétition qui a suscité « des agitations des uns et des autres » n’est adressée qu’à la seule société Bralima et habilitée à y répondre.

« La Fédération de la Société Civile du Sud-Kivu tient à préciser qu’elle n’a jamais adressé la pétition à un seul individu à part la société Bralima qui est la seule habilitée à pouvoir y répondre, mais aussi précise que sa lutte contre la pollution orchestrée par la Bralima date de 2009 », a-t-il insisté.

Le Président de la FSCC encourage les populations qui s’approprient la lutte en signant massivement la pétition et la notabilité à travers la Mutuelle des Ressortissants de Kasha (MUREKA).

Pour cette cause, la FSCC entend approcher toutes les forces vives et les députés très prochainement rassure Mushagalusa.

Patrick Kambale.