La campagne électorale parait, en République démocratique du Congo, une période propice pour se dire certaines vérités longtemps camouflées. Entre acteurs politiques et sociaux, du faux au vrai jusqu’au faux vrai. En effet, en cette période cruciale qui offre l’opportunité aux candidats aux élections du 23 décembre 2018 de rencontrer leurs bases électorales, des esprits se lèvent contre la personne de Martin Fayulu, l’un des candidats à la magistrature suprême en République démocratique du Congo.  

Après l’annonce de sa tournée dans les provinces pour battre campagne, Fayulu est d’avance récusé par certains acteurs sociaux et politiques de la province du Sud-Kivu consultés par kivuavenir.com et qui tentent de vider leurs carquois.

« Est-ce que les amis du Kivu qui soutiennent aujourd’hui Martin Fayulu oublient qu’en 2016, devant la presse, Martin Fayulu avait qualifié sans honte ni peur les gens du Kivu des vrais rwandais ? », s’interroge un acteur politique, pas le moindre et candidat à la députation nationale.

A l’en croire, le candidat de la coalition Lamuka et coordonnateur de la plateforme « Dynamique de l’opposition » Martin Fayulu aurait convenu avec d’autres thuriféraires de la théorie de balkanisation de la RDC de matérialiser leur projet en contre partie de la présidence de la République.

« …Nous avons encore son audio. Le jour qu’il sera à Bukavu ou à Goma, cet audio sera installé bien à la place publique et diffusé dans certains médias. Nous sommes vigilants contre tous les parleurs et envoyés de la balkanisation de la RDC dont Martin Fayulu serait leur attaquant de pointe, une fois à la présidence ; malheureusement un rêve », prévient-il ajoutant que « le Kivu a son histoire ».

Pour d’autres politiques, Fayulu ne serait pas à l’aise de venir à Bukavu.

« Pendant que Martin Fayulu traite de rwandais le peuple de l’Est et Vital Kamerhe le premier leader du Kivu connu et incontesté, le même Fayulu vient demander les voix aux mêmes kivutiens. C’est contradictoire. Il doit s’assumer et présenter ses excuses. On ne se réveille pas candidat Président », insinue un cadre de l’UNC pour qui, le député national et président de l’Engagement citoyen pour le développement (ECIDE) devrait plutôt penser comment installer son parti dans la province et non venir avec une mission de battre campagne et espérer décrocher des voix de l’Est.

Même son de cloche de la part de certains acteurs de la société civile.

« Nous avons l’obligation de rappeler à notre population que ceux-là qui nous ont traités des rwandais, nous qui vivons à l’Est du pays il y a quelques années, ne méritent pas notre confiance. Je vais  parler de Martin Fayulu qui pense que seuls les gens de l’Ouest du Pays sont des Congolais », lit-on sur le mur d’un acteur de la Société civile du Sud-Kivu.

Pour lui, le peuple doit opérer un choix judicieux, se référant sur le profil d’un bon candidat.

« …aujourd’hui, comme il est en campagne, nous ne les sommes plus? On ne joue pas avec l’Est de la RDC, voilà ce qu’il doit retenir […] Nous avons l’obligation d’aider notre population à bien orienter son choix lors du vote », insiste-t-il.

Pour rappel, le candidat de la coalition Lamuka arrive dans la ville de Bukavu, ce mardi 04 décembre, pour battre sa campagne en vue de l’élection présidentielle.

La Rédaction.