“Un récit de Paulin Aganze”
Née le 8 mars 1994 à Bukavu, NELLY Grâce diplômée de l’Institut Hodari de Bukavu (2015) et graduée de l’Institut supérieur l’ audiovisuel (ISA BUKAVU). 
Troisième fille de KYALUMBA LUGANO PADIRI POTIEN, président de l’union nationale des travailleurs du Congo, section du Sud-Kivu. 
Elle fait son entrée dans la presse professionnelle en 2016 à travers la Radio Télé Liberté RTL,  une nouvelle radio qui ouvre ses portes à Bukavu. Elle fut la première à passer au micro de cette chaine.
Elle y travaille pendant une année et quelques mois comme reporter,  animatrice et présentatrice des émissions.
Un an plus tard, en 2017, elle est recrutée  par  la radio « Maturité Radio Télé 9, (MRT9 ) où elle a prestée comme journaliste reporter et présentatrice de journaux en swahili.
Elle était à même temps chef de la cellule de communication de la nouvelle mairie de Kamituga jusqu’à sa mort le 12 mai 2019.
*Mélomane !*
Pendant deux ans passée à la RTL, elle présentait l’émission « Variétés Musicales» , une émission qu’elle avait  initiée.
À la MRT9, Ñelly  succède  à Gaël MURHABAZI  à la présentation de l’émission « NYOTA ZA WASANI»  une émission  de promotion et de  valorisation de la musique locale.
*Animatrice de talent !*
L’une de grande figure dans l’art d’animation à Bukavu.
Avec sa voix rock,NELLY GRÂCE était à mesure de tenir une antenne libre de 8h00 à 15h30.
 Elle se surnomma la *camerounaise*  par  sa façon de faire.
Spéciale en animation, elle se créée un auditoire et devient plus proches de ses auditeurs.
*Amie des ses confrères et de partenaires*
Collaboratrice, NELLY était dotée d’un esprit d’altruisme et courtoisie.
À son arrivée dans le groupe des journalistes, tous les regards se tournaient vers elle de part sa manière d’arracher le sourire de ceux qui l’écoutait. Amie des garçons et de filles, facilement tous veulent l’écouter.
NELLY ne voulait jamais travailler seule, elle associait toujours quelques amis pour voir un partenaire.
*Avec les artistes musiciens*
NELLY a apportée un plus pour l’élévation de la musique de Bukavu. Proche des artistes musiciens, elle a assisté les musiciens dans les situations difficiles que dans les beaux moments. À l’instar de Cor Akim lors de son kidnapping. Elle a mobilisée journalistes et musiciens.
*C’est en fait une perte pour la presse Kivuavenir.com
Rédaction