L’échec est loin d’être consommé après avoir perdu la présidentielle par le camp Lamuka. Soutenu par les occidentaux, Martin Fayulu aurait gagné la magistrature suprême contre le désormais 5e Président de la RDC, Félix Antoine Tshisekedi. Et pourquoi cet appuis des exploitants miniers multinationaux au candidat Fayulu ? Tout porte à croire, sans doute, à la révision du nouveau code minier en RDC qui a révu à la hausse des taxes aux exploitants miniers dont la société Glencore ; grand exportateur du cobalt congolais. Tous combattent cette nouvelle loi congolaise qui devra, certainement, entrer en vigueur avec l’entrée au pouvoir du nouveau gouvernement.

En effet, la carte s’est très bien joué à Genève avec la bénédiction d’Alan Doss. Point n’est besoin de le souligner ici : Felix et Kamerhe, deux opposants favoris étaient en lice pour élire un seul candidat à la présidentielle. La force des multinationaux à travers la Haute finance internationale complique la donne et l’on choisit Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition. [Malgré la controverse qui portera d’ailleurs à la défection des deux leaders en tête ci-haut cités].

Par ce choix, Martin Fayulu accepte de remettre à table le code minier pour rabattre la taxe fixée désormais à 10% contrairement à 3% dans l’ancienne loi minière congolaise. Soit de 2 milliards à 800 millions de dollars américains. C’est ce jour que l’opposant Fayulu se mit la corde au cou. Désormais, le candidat de la coalition Lamuka bénéficiera de tous les appuis matériels que financiers pour battre sa campagne”à l’Américaine”.

Interrogé par top Congo FM, s’il faut en croire Babi Kundu, le candidat Martin Fayulu affirme n’avoir d’inconvénient de ramener les miniers à la table de négociations “pour réformer le code minier”, tout cela en faveur des colons. Selon certaines indiscrétions, le candidat président devrait, par ailleurs, organiser un boycott des élections s’affichant contre l’utilisation de la machine à voter.

C’est seulement le 09 janvier que celui-ci se rend compte qu’il a perdu l’élection et que tout allait se compliquer. À ce jour, tous ceux qui l’ont encensé sont en route pour rencontrer le président Félix Tshisekedi et solliciter le retour au pays.

Les médias internationaux impliqués dans cette maffia pour les intérêts de leurs pays l’ont également exalté sans succès. Martin Fayulu reste seul à répondre devant ses financiers.

Le confrère Babi Kundu fait le premier pas et appelle le candidat président à revenir sur sa conscience.

“… je réitère cet appel à Martin Fayulu de quitter les maffieux miniers. […] Leurs lobbies peuvent tant exacerber la tension, ils perdent leur temps“, écrit-il.

L’on retiendra donc que la République démocratique du Congo a servir de carrefour minier où tous les grands exploitants miniers multinationaux font la loi depuis des décennies. C’est seulement vers la fin 2018 que le législateur congolais a mis des barrières contre ce vol de nos matières premières ceci, en vue de bénéficier à la fois aux exportateurs et au peuple congolais. Promulguée par le Président sortant Joseph Kabila, ce nouveau code constitue aujourd’hui un point d’achoppement entre le peuple et les multinationaux.

La Rédaction