Les cadres et combattants de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) peuvent, désormais, retrousser les manches. Le Président Félix Tshisekedi reste catégorique sur la rupture entre le mariage CACH-FCC et UDPS-UNC.

Et pourtant, c’était l’une des recommandations retenues à l’issue d’une retraite organisée par le parti présidentiel au Centre Nganda à Kinshasa.

En effet, dans l’accord CACH signé à Nairobi entre le Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, alors candidats présidents de la République en 2018, le président de l’Union pour la nation congolaise (UNC) avait accepté de soutenir la candidature de Félix pour qu’il soit élu Président de la République en décembre 2018 et obtenir la primature pour ce quinquennat s’il gagnait la présidentielle. De même, l’UDPS devra soutenir la candidature de Kamerhe pour la présidentielle de 2023 et gagner la primature s’il emporte la présidentielle.

La tendance a été bouleversée au niveau du Parlement largement emporté par le FCC. Ceci a conduit le Président Félix à nommer son Vital Kamerhe Directeur du cabinet présidentiel et conclure un deal avec le FCC auquel revenait de droit, car stipulé dans les textes, la tête du gouvernement.

Dès lors, les calculs se sont compliqués. Félix Tshisekedi en difficultés de réaliser ses ambitions promises au peuple congolais, sent la pression derrière lui de certains caciques et extrémistes de l’UDPS le poussa à rompre ces mariages. Lui, préfère garder ses alliés et diriger le pays dans sa vision. Y parviendra-t-il ? à l’avenir de nous en dire plus.

Jean-Marie MULUME