Un atelier s’est ouvert à Kinshasa sur la préparation d’une table ronde en vue de la matérialisation de la gratuité de l’enseignement primaire en République démocratique du Congo. Des membres de la société civile, du gouvernement et des partenaires éducatifs réfléchissent sur les voies et moyens pour soulager, à partir de cette année scolaire, la charge qui pèsent sur les épaules des parents d’élèves en RDC.

D’après le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (EPSP), Emery Okundji, l’objectif est d’amener les parties prenantes à aboutir à un consensus sur l’accès gratuit des enfants congolais à l’éducation de base, tel que consacré par la constitution et inscrit dans les priorités du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi.

« Nous nous retrouvons ici en comité préparatoire d’une table-ronde que nous allons tenir sur la gratuité du système éducationnel congolais, la gratuité de l’éducation de base. Le matérialiser comme le veut le Chef de l’Etat dès l’année scolaire 2019-2020. […] Il tient à matérialiser une disposition constitutionnelle sur la gratuité de notre système éducatif. Et nous, en tant que techniciens et experts, nous nous retrouvons ici pour étudier les voies et moyens d’atteindre cet objectif », a-t-il souligné

A l’en croire, ces travaux qui s’étendent sur une semaine devront ressortir des recommandations nécessaires pour rendre effective cette disposition.

Gratuité consacrée, pourtant, par la loi des lois en RDCongo, les parents demeurent le patron de l’enseignant en lieu et place de l’Etat qui doit assurer ce droit à ses citoyens. En plus de la prime, des minervals, le parent paye des frais illégaux fixés par les écoles au gré des promoteurs et des chefs d’établissements ; ce qui rend aujourd’hui la qualité de l’enseignement critique dans le pays.

Patrick Kambale