À deux  jours des élections en RDCongo, les coordinations de la société civile du Nord et du Sud-Kivu ont passé en revue le processus électoral en cours et relevé quelques irrégularités qui fâchent l’opinion nationale et internationale. Dans une déclaration commune, signée ce vendredi 28 décembre, la société civile récuse la décision n°55/CENI/BUR/18 de la CENI qui exclut les populations de Beni et Butembo des élections du 30 décembre 2018. Ces acteurs sociaux condamnent également le renvoi du Chef de la mission européenne par le gouvernement congolais; une décision qui risquerait de conduire à l’isolement de la Rdc du concert des nations.

Ci-dessous la déclaration intégrale :

DECLARATION CONJOINTE DES COORDINATIONS DE LA SOCIETE CIVILE DU NORD ET SUD KIVU SUR LE PROCESSUS ELECTORAL EN COURS EN R. D. CONGO

Les Coordinations de la Société Civile du Nord et du Sud Kivu, réunies à Bukavu en date du 28 Décembre 2018, ont passé en revue l’évolution du Processus électoral en RD Congo.
C’est avec consternation que les deux coordinations ont appris la décision du Gouvernement congolais relative au renvoi du Chef de Mission de l’Union Européenne en République Démocratique du Congo en réponses aux sanctions de l’Union Européenne à l’encontre de certains hauts responsables Congolais, d’une part ;
Et d’autre part, la décision n° 055/CENI/BUR/18 du 26 décembre 2018 de la Commission électorale Nationale et Indépendante, CENI sur le report des «élections dans les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville en Province du Nord Kivu et Yumbi dans la Province de Mai-Ndombe.

Il ressort de cette analyse, les constats ci après :
La décision d’exclure les circonscriptions électorales de Beni, Beni Ville et Butembo Ville en Province du Nord Kivu et Yumbi dans la Province de Mai-Ndombe  affecte sans nul doute plus de 3 pourcents de l’électorat au niveau national. Cette lourde décision impacte inexorablement le calcul du seuil de représentativité aux élections législatives et inéluctablement les résultats des élections présidentielles à un seul tour, au regard de la crédibilité du scrutin, ainsi que la légitimité du nouveau Chef de l’Etat qui en résulterait.

Les Coordinations de Société Civile du Nord et du Sud Kivu dénoncent et contestent la décision n° 055/CENI/BUR/18 du 26 décembre 2018 qui vraisemblablement exclut du processus électoral une frange importante de la population congolaise, particulièrement celle de BENI et BUTEMBO pourtant longuement frappée par les affres d’une terreur injustifiée dont les soubassements restent jusque à présent non élucidés.

Les Coordinations de la Société Civile du Nord et du Sud Kivu exigent  à la CENI de retirer purement et simplement cette décision et de tout mettre en œuvre de sorte que tout l’électorat national jouisse de son droit de vote en date du 30 décembre 2018, sans exclusion aucune.

Elles appellent la population électrice de toutes les circonscriptions électorales, à travers le pays, à de se rendre massivement aux bureaux de vote en cette date historique du 30 décembre 2018 en vue d’exercer leurs droits citoyens permettant ainsi de se choisir les animateurs qui vont présider à leur destinée au cours de cinq années à venir.

Par ailleurs, la radicalisation diplomatique du Gouvernement congolais entraine ipso facto l’isolement de la RD Congo dans le concert des nations et ne concourt nullement à l’intérêt supérieur du peuple congolais, au nom duquel les dirigeants devraient exercer leur mandat.
L’initiative de renvoyer le Chef de Mission de l’Union Européenne est maladroite, vu la substance de l’apport de l’Union Européenne dans la stabilisation de la région des Grands Lacs, la sécurisation de la RDC ,l’appui au processus de démocratisation, ainsi qu’ aux projets sociaux, humanitaires et de développement bénéfiques aux plus faibles.

Les Coordinations de la Société Civile du Nord et du Sud Kivu dénoncent et récusent cette grave décision qui ne saurait être légitime sans que l’effectivité de la souveraineté nationale ne soit exprimée à travers les urnes. Il est à noter qu’à la date d’aujourd’hui, toutes les institutions congolaises sont dans l’illégitimité et l’illégalité, le Gouvernement qui a pris cette décision, y compris. Tout en renouvelant notre sympathie à l’égard du peuple Européen, nous demandons à la communauté internationale de soutenir les efforts du peuple congolais à se doter des institutions légitimes et des animateurs politiques crédibles au nom de la Solidarité internationale.

En définitive, nous exhortons la population congolaise, à rester vigilante en veillant à l’unité nationale, d’une part, et d’autre part, à éviter toutes formes de violence et à résister contre toutes provocations ou manipulations en cette période délicate.

Fait à Bukavu, le 28 décembre 2018
Pour les Coordinations du Nord et du Sud Kivu
Me Patient BASHOMBE M Ir. John BANYENE BALINGENE

Président de la Société du Sud Kivu,
Président de la Société civile du Nord Kivu.