Le Cardinal Fridolin Ambongo, Archevêque de Kinshasa marque son désaccord sur la question de dédoublement des partis politiques en République démocratique du Congo. Dans une conférence de Presse animée vendredi 04 janvier 2020, Mgr Fridolin qualifie de violation de droit légitime le dédoublement de l’AFDC-A et en appelle à l’implication personnelle du Président de la République, Félix Tshisekedi pour mettre fin à cette crise.

Le prince de l’église catholique en RDC souligne que la démocratie, c’est lorsque chacun respecte les opinions de son voisin même si elles sont divergentes.

« Nous devons savoir respecter les autres. La démocratie, c’est (lorsque) j’ai des opinions politiques et tu peux aussi avoir tes opinions politiques divergentes mais cela ne fait pas de nous des ennemis. Or, notre classe politique au Congo ou tu penses comme nous sinon tu es un ennemi. […] On le fait au niveau de ceux qui détiennent le pouvoir : puisque tu n’es pas avec nous, nous allons te faire souffrir, tout faire pour t’arracher tes droits même légitimes ; et là ça ne va pas ! », condamne-t-il faisant allusion à l’AFDC-A dirigée par le Sénateur Bahati Lukwebo.

Ce regroupement politique s’est vu dupliqué par des politiciens du Front commun pour le Congo, après un couac dû à la « mauvaise » répartition des postes du FCC conduisant ainsi au retrait de l’AFDC-A sous l’égide de Bahati Lukwebo. Dès lors, une crise s’est installée au sein de la classe politique. Et pourtant, la justice venait de trancher en faveur de Lukwebo et a demandé aux dissidents de créer leur propre parti ou regroupement politique qui n’est pas l’AFDC-A.

Le Prélat catholique, pour sa part, rappelle que l’Accord de la Saint Sylvestre avait déjà mis un terme sur la question de dédoublement et appelle le Président Félix à s’y pencher pour dénouer définitivement ce problème.

« je crois qu’il appartient au Président de la République, garant des institutions, de sécuriser les uns et les autres. On n’a pas le droit de se comporter comme on le voit maintenant avec les gens de l’AFDC parce que seulement ils sont d’opinions divergeant. Ce n’est pas juste. […] il y a un point très délicat que nous avions traité et mentionné dans laccord de la Saint Sylvestre : c’est notre refus absolu de dédoublement des partis », a-t-il souligné.

Loin de léglise catholique l’intention d’entrer dans les querelles politiciennes, ajoute Mgr Ambongo, mais il juge inacceptable qu’après l’accord de la Saint Sylvestre on continue à assister à des dédoublements des partis politiques en RDCongo.

Pour rappel, plusieurs partis ont subi cette pratique malheureuse en RDCongo, sous le régime sortant de Joseph Kabila, dont le MLC, lUDPS, le MSR, lARC et bien d’autres partis appartenant à l’opposition politique à l’époque.

Kivuavenir.com