Violation des accords, ivresse de pouvoir, immaturité politique, voilà ce qui chauffe les esprits au sein de la coalition Cap pour le changement (CACH). Les dernières déclarations du président a.i de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) au meeting de Tshikapa, lundi dernier, ne sont pas les bienvenues dans le camp de l’Union pour la nation congolaise (UNC). En effet, Jean-Marc Kabund avait déclaré au public que l’UDPS ne pourra pas quitter le pouvoir ni après 5ans ni 10 ans mais le conservera jusquà ce que Jésus revienne. Pour l’UNC, cette affaire s’est réglée à Nairobi.

 

« Que Kabund n’oublie pas l’accord de Naïrobi. C’est Kamerhe qui sera le candidat du CACH en 2023. L’UNC demande à l’UDPS de respecter l’accord comme eux l’ont fait en 2018. Entre l’UNC et l’UDPS, il y a un accord pour soutenir Félix Tshisekedi lors des élections de 2018 ; à l’UDPS de soutenir Kamerhe en 2023. Nous avons honoré notre parole, l’UDPS doit honorer la sienne », rétorque le Vice-premier ministre, Jean Baudouin Mayo.

Le Secrétaire général de l’Union pour la nation congolaise demande à Kabund d’arrêter d’instrumentaliser le peuple et d’induire le Président en erreur.

« Jean-Marc Kabund doit cesser avec cette immaturité », recadre Me Mayo.

Pour certains analystes contactés par Kivuavenir.com, l’UDPS devrait manifester la preuve de « respectueux des textes » comme le chantait à la veille des élections pour appeler le régime de Kabila au respect de la Constitution et de la loi électorale.

Pour Balolage Désiré, le moment est révolu. L’UDPS doit éviter de créer des tensions dans la population.

« Kamerhe c’est le candidat du CACH en 2023 et sera une preuve de respect des accords de Nairobi entre les deux leaders. Ce sera pour la première fois en République démocratique du Congo que les acteurs politiques respectent les accords entre eux », a-t-il dit.

Par ailleurs, d’aucuns s’interrogent sur l’intention qui a animé le président ad intérim de l’Union pour la démocratie et le progrès social, Jean-Marc Kabund, pour tenir pareils propos lors de son meeting. Aurait-il contacté le Président Félix Tshisekedi ou Vital Kamerhe ou simplement il s’est improvisé et parler de cet accord qui unit les deux grandes formations politiques du CACH ? Pourquoi Kabund a-t-il choisi ce moment pour projeter l’avenir du Cach vers les élections alors que le peuple attend les réalisations du premier mandat ? « Autant de questions se posent quant à ce » mais pour les plus vigoureux, lavenir nous en dira plus.

Patrick Kambale