L’opposant congolais, Moise Katumbi, a annoncé son retour au pays d’ici le 20 mai courant. Dans les médias occidentaux, Katumbi a affirmé sa volonté de revenir au pays pour « défendre la constitution et le social du peuple congolais ».

Évoquant la « défense de la constitution », le leader du PND suspecte l’Assemblée nationale de vouloir passer à la réforme constitutionnelle visant pour faciliter le retour de Joseph Kabila à la tête du pays.

Pour, la présidente de l’assemblée nationale, Moise Katumbi ne fait que spéculer ignorant la réalité de ce qui se passe actuellement en RDC.

« Je pense que les propos de monsieur Katumbi l’engagent. Il fait des spéculations. Mais moi, à mon avis, il est encore assez déconnecté de la réalité ça fait plusieurs années qu’il est en dehors du Congo, et donc il est prématuré à mon avis qu’il juge en distance », a réagi la députée Jeanine Mabunda, interrogée par RFI.

A en croire certaines sources non-officielles, la réforme constitutionnelle pourrait affecter certainement la loi électorale en vigueur en RDC sur le mode électoral actuel. Pour certains, le camp Kabila est à pied d’œuvre pour un mode électoral indirect à la présidentielle visant son retour aux commandes au regard des engagements récemment signés, à Kingakati, au tour de sa personne par les acteurs politiques du FCC.

A. Mosange