Les mandants d’arrêt contre les leaders et combattants du Mouvement du 23 mars (M 23) pourraient être retirés par la République démocratique dans les tous prochains jours. C’est relativement à une correspondance du 20 novembre en cours, portant objet « Retrait des mandats d’arrêt contre les ex-combattants du Mouvement du 23 mars (ex-M23) » adressée à l’Auditeur général des FARDC par Ibalanky Ekolomba Claude, Coordonnateur du Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba.

Dans cette correspondance consultée par la rédaction de Kivuavenir.com, le coordonnateur du Mécanisme dit agir conformément aux pourparlers qui ont eu lieu le 28 octobre 2019, au Rwanda, entre une délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 vivant en République du Rwanda au sujet de leur rapatriement.

Ci-dessous la correspondance

« […] A ce sujet, je tiens à relever que lors de la rencontre du 28 octobre sus-évoquée, les parties ont convenu de l’élaboration d’une feuille de route pour assurer avec succès ledit rapatriement.

Il y a lieu de préciser que les parties devraient respectivement mettre en œuvre les termes de la feuille de route énoncée, élaborée à l’issue des pourparlers qui avaient eu lieu à Kigali les 11 et 12 juillet 2019.

Les points essentiels contenus dans cette feuille de route porte sur l’amnistie ainsi que l’intégration militaire et politique des membres de l’ex-mouvement du 23 mars (ex-M23).

C’est dans cette optique que la Justice militaire de la République démocratique du Congo a donné un avis favorable à la demande de retrait des mandats d’arrêt émis à l’encontre des leaders de ce mouvement.

Il appert à ce sujet de mentionner qu’il a été recommandé à la même occasion, au Mécanisme National de Suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, dont je suis le Coordonnateur, de vous saisir aux fins du retrait effectif desdits mandats dans le souci de préserver la paix.

Pour toutes fins utiles, je vous transmets en annexe à la présente, le rapport des échanges entre la délégation de la RDC et les leaders de l’ex-M23 sur le rapatriement volontaire, ainsi que la feuille de route conjointe des activités relatives au rapatriement des ex-combattants M23 présents en République du Rwanda. […] ».

Pour rappel, ces discussions au tour du rapatriement des ex-combattants du M23 ont eu lieu, sur demande du Rwanda, alors que la RDC préparait de lancer des opérations contre les ADF, une rébellion ougandaise qui sème désolation dans l’Est de la République depuis beaucoup d’années.

Selon d’autres sources, les ex-rebelles du M23 aille Sultani Makengwa qui s’étaient refugié en Ouganda auraient quitté le pays pour s’installer près de la frontière entre la RDC, l’Ouganda et le Rwanda.

Seront-ils concernés, eux aussi, par cette décision qui entend donner la possibilité aux ex-combattants M23 d’intégrer la politique, l’armée ou la démobilisation ? Wait and see, dit-on.

Patrick Kambale