Depuis le début de la campagne électorale en République démocratique du Congo le 22 novembre 2018 la tension monte au sein des partis politiques ainsi que leurs militants, des exactions sous plusieurs formes naissent du jour au lendemain.”Propos incitant à la violence, échauffourées entre partisans des formations adverses et heurts avec la police ont suscité l’inquiétude.c’est le cas du dimanche 09 décembre 2011 à Kindu, où des heurts ont opposé des militants de la coalition Lamuka et ceux de leurs adversaires politiques. Ces échauffourées ont provoqué plusieurs blessés et d’importants dégâts matériels.à Lubumbashi dans le grand Katanga en date du 11 novembre, où les militants de lamuka qui patientaient leur candidat s’est vu dispersé par la police a gaz lacrymogène faisant des morts et plusieurs blessés,ainsi qu’au kalemie ce 12 décembre

À Bukavu, dans le Sud-Kivu, un jeune chanteur engagé, 26 ans révolus, qui apprêtait la sortie de sa chanson intitulée “mon vote”, est porté disparu depuis samedi à minuit puis retrouver le lundi dans un état critique,

Des manifestations de colère de jeunes de la ville de Bukavu sur les réseaux sociaux qui ont suivi cet enlèvement, n’a pas pour autant mis fin au climat de suspicion.,d’autres desaffiches les photos des candidats adversaires, Des bonnes consciences appellent à des élections crédibles et pacifiques. Mais ce scrutin du 23 décembre 2018, s’avère d’ores et déjà à hauts risques.(société Civile)

 

Rédaction

Kivu-Avenir