Plusieurs personnes ont perdu leur vie suite à l’insécurité grandissante en Province du Sud-Kivu. Hormis les cas non-enregistrés, l’Association SAJECEK/Forces vives répertorie, dans son bulletin surprise n°072 consulté par Kivuavenir.com, 29 cas de tuerie, 89 maisons attaquées par des bandits armés, 38 cas d’enlèvement, 3 véhicules braqués et 20 cas de justice populaire au cours du seul mois de novembre 2019.

 – La ville de Bukavu vient en tête avec 8 cas de tuerie, 35 maisons attaquées, 2 enlèvements et 1cas de justice populaire ;

  • Kabare : 6 cas de tuerie, 18 maisons attaquées, 8 cas de justice populaire ;
  • Walungu :2 cas de tuerie, 2 maisons attaquées et 7 cas de justice populaire ;
  • Mwenga : 4 cas de tuerie, 16 maisons attaquées et 3 enlèvements ;
  • Uvira : 6 cas de tuerie, 4 maisons attaquées, 3 véhicules braqués, 7 enlèvements, 3 cas de justice populaire ;
  • Fizi : 2 cas de tuerie, 7 maisons attaquées ;
  • Shabunda : 3 maisons attaquées, 22 enlèvements ;
  • Idjwi : 1 cas de justice populaire ;
  • Kalehe : 1 cas de tuerie, 4 maisons attaquées et 4 enlèvements.

 Comparativement au mois d’octobre où il y a eu 23 personnes tuées, novembre a connu une montée en puissance de cas de tuerie et d’enlèvement. Le territoire de Shabunda vient en tête avec 22 cas d’enlèvement et Uvira se distingue par les cas de braquage des véhicules. Un seul cas de justice populaire a été répertorié au cours de ce mois de novembre.

L’organisation SAJECEK/Forces vives s’interroge sur la fin de l’insécurité en province du Sud-Kivu et interpelle les dirigeants à prendre en main leur responsabilité d’assurer la sécurité des habitants et de leurs biens.

Jean-Marie Mulume