La situation socio-politique actuelle en RDCongo constitue l’une des préoccupations majeures du Prix Nobel de la Paix 2018, Dr Dénis Mukwege, à son arrivée à Bukavu dans sa ville natale, jeudi 27 décembre.

Devant des milliers des personnes venues à son accueil, le Gynécologue congolais se dit choqué de la situation politique de l’heure qui tend à plonger le pays dans un chaos. L’on ne peut comprendre, selon lui, que l’on demeure gouverné par des personnes qui ont trempé dans les crimes.

“… Nous risquons un chaos général dans ce pays. Mes frères et sœurs, comment comprendre que les gens qui ont violé nos mamans, kidnappé nos papas et nos jeunes sont ceux-là qui continuent à nous diriger ? (…) On en a marre dans ce pays”, a-t-il dit tout en regrettant devant le public au terrain du collège Alfajiri.

Le défenseur des droits humains et spécialement dévoué à la cause de la femme qualifie d’anti-valeurs ce qui se passe actuellement en RDCongo et en appelle à l’union de tous les citoyens congolais pour sauver la nation.

Devant la population du Sud-Kivu et ses accompagnateurs, Dr Mukwege rassure avoir tout dit à la communauté internationale.

“Nous étions à Oslo pour recevoir le Prix Nobel de la Paix. Nous avons tout dit, c’est à eux de voir aussi. […] le pays tend vers une situation plus mauvaise”, déplore le médecin directeur de l’hôpital de Panzi dans la ville de Bukavu.

Préoccupé par les violations des droits de l’homme et la mauvaise gouvernance de son pays, la RDC, le Professeur Dr Dénis Mukwege plaide, depuis un bon moment, une transition sans le président Kabila en vue d’organiser des élections crédibles, inclusives, transparentes et apaisées. Sa position est, aujourd’hui, soutenue par plusieurs universitaires et plus de 40 organisations sociales de la RDC.

 

Joseph M