ACTUALITÉ

SUD-KIVU : Les députés n’émettent pas sur les mêmes ondes maintenant

La  deuxième plénière à l'Assemblée provincial du sud Kivu  après l'ouverture de la  session de septembre vient de se clôturer à queue de poisson ce Mardi 13 octobre 2020. La pomme de discorde reste le vote de la pétition portant démission des membres du bureau de cette institution

A l’ordre e jour il y avait le calendrier qui concerné des activités de contrôle parlementaire du gouvernement provincial, la validation des mandats des députés provinciaux, l’adoption des procès-verbaux, du vote des édits, …

Mais avant le vote, certains députés provinciaux ont soulevé la question des pétitions adressées aux membres du bureau définitif de l’organe délibérant et ont demandé que cette question soit parmi les matières à traiter au cours de la session de septembre et s’appuyaient sur l’assurance du président du bureau définitif qui, dans sa correspondance avait promis que ces pétitions devraient être traitées lors de la session ordinaire vu l’impossibilité de convoquer une session extraordinaire.

Alors que les votants pour la pétition semblaient être majoritaires soit 17, les membres du bureau se sont filtrés et ont également voté. Ce qui a créé les mésententes jusqu’à claquer la porte de la salle des plénières estimant que le bureau définitif n’a pas respecté le règlement intérieur de l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu.

Le député provincial Bisimwa Batandi Frédéric l’un d’eux parle d’une entorse cautionnée par le bureau et que les députés provinciaux pétitionnaires ne doivent pas accepter.

« Le bureau n’a pas respecté la procédure. Le bureau a voté pour une question qui le concerne pourtant il devait laisser la plénière se prononcer souverainement, c’est une entorse et nous, nous n’allons pas accepter pareille chose », dit Bisimwa Batandi Frédéric.

Pour ce dernier, avec la sortie de la salle des plénières de 17 députés provinciaux qui ont demandé que les pétitions soient traitées ; le calendrier des activités de la session de septembre qui a été voté par 24 députés est mis en cause, étant donné que pour valider une décision de la plénière, il faut au-moins 32 députés provinciaux.

« C’est-à-dire qu’on ne peut pas prendre de façon isolée la question des pétitions, mais plutôt tout le calendrier de la session qui est mis en cause et on devra y revenir pour adopter régulièrement le calendrier conformément au règlement intérieur », affirme-t-il.

Ces élus provinciaux projettent des actions conséquentes pour que justice soit rendue et maintiennent les pétitions contre les membres du bureau définitif en vue de remettre de l’ordre à l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu.

De sa part, le rapporteur de l’Assemblée provinciale, Amani Kamanda Jacques, parle d’un exercice démocratique et les députés provinciaux étaient dans le droit de siéger valablement.

« Nous ne pouvons pas dire qu’il y a eu des députés qui ont claqué la porte dès lors qu’ils ont signé leurs présences à l’entrée de la salle des plénières. L’Assemblée provinciale a siégé valablement et toutes les décisions qui ont été prises concernent tous les députés provinciaux », souligne-t-il.

Pour lui, le calendrier voté après la résistance de certains députés qui ont claqué la porte reste maintenu. La partie pour la pétition, fait savoir que le vote de ce calendrier doit être repris.

JEREMIE BARAKA

Show More

Related Articles

Back to top button
Close
Close