Insécurité, déplacements, famine, maladies, misère,…telles sont les retombées des combats qui opposent actuellement des forces burundaises, des rebelles Mai-Mai et l’armée congolaise (FARDC) dans la pleine de la Ruzizi en territoires d’Uvira et de Fizi dans l’Est de la RDCongo.

Des sources locales rapportent des mouvements en continu des populations qui fuient les affrontements dans les villages de Kigoma, Sange, Kabere, Mubere, Mulenge I et II,… à la recherche d’un asile un peu sécurisé.

Les déplacés, les retournés et les familles d’accueil avec une faible capacité de résilience sont sujettes à des maladies telles les diarrhées et le choléra dans la zone de santé de Fizi dont le nombre des victimes ne cesse d’accroître à ces jours mais aussi sont incapables de faire face à la famine dans cette partie du Sud-Kivu.

Au cours d’une mission d’évaluation de la situation organisée par la section des affaires civiles de la Monusco dans la pleine de la Ruzizi, les déplacés ont appelé les humanitaires à voler à leur secours.

À noter que cette partie du Sud-Kivu est perçue comme un terrain d’entraînement pour les groupes armés internes, les rebelles en provenance du Burundi, d’autres du Rwanda. D’où l’insécurité grandissante due aux affrontements réguliers entre ces forces négatives et l’armée régulière.

Kivuavenir.com