Le bilan des acteurs politiques du Sud-Kivu depuis leur élévation à la tête de hautes institutions de la Républiques tient à cœur l’opinion publique sud-kivutienne. L’ancien Directeur du cabinet de l’ex-Chef de l’Etat, le Prof Néhémie Mwilanya fait la Une du débat entre internautes ce soir 14 aout 2019. Pour eux, le bilan de cet homme d’Etat est très négatif et n’aura servi qu’à ses intérêts égoïstes au détriment de la province.

En effet, le désormais Ex-Dircab ne mérite pas d’être compté parmi les membres du prochain gouvernement Tshisekedi.

« Avant que des gens n’entrent dans le Gouvernement Ilunga Ilunkamba, le Sud-Kivu est décidé de demander des comptes. Et, c’est d’abord Néhémie Mwilanya lui qui, pour la province, a occupé le poste le plus stratégique de Directeur de cabinet du Chef de l’État et présentement celui de Coordonnateur du FCC », signale un internaute qui a requis l’anonymat et pour qui, « les criminels ne sont pas seulement les condamnés mais plutôt d’autres qui ont échappé au jugement par leurs positions dans le système, et Néhémie Mwilanya en est un ».

Il charge l’homme politique, N.Mwilanya, d’être à la base d’une instabilité dans la province ; le suspectant d’entretenir des relations avec des milices.

Cet homme, doté d’un cœur des pierres a, dans un quasi-anonymat, été durant toute sa présence à la présidence, le Directeur d’un État contre la province du Sud-Kivu. C’est lui qui a travaillé sans relâche pour déchirer politiquement, économiquement, socialement la province.

Elie Habibu, ancien membre de la famille politique du Sénateur Kabila (le PPRD) en province du Sud-Kivu, critique les relations du Prof Mwilanya avec ses collègues sud-kivutiens, de la même classe politique.

« …la rébellion est une belle école., l’homme averti, Norbert Basengezi Kantitima, avait sû se trouver une fenêtre à la CENI pour ne pas subir les humiliations de ce jeune devenu, dans la kinoilogie, docteur en droit. Azarias Ruberwa d’une autre école, aura été de tous les sud-kivutiens celui qui était tenu en respect par Néhémie. Avec lui, à la présidence la raison s’effondre, les instincts les plus ténébreux, les perversions les plus détestables gouvernent la République, et la victime la plus maximale aujourd’hui c’est l’honorable sénateur Joseph Kabila, à qui il a fait porter une couronne d’épines sur la tête, à qui il a fait ingurgiter du vinaigre mêlé à du miel », dit-il.

Pour le Sud-Kivu, ajoute Habibu, Kabila a tout donné et Néhémie a tout arraché…C’est bien lui qui, après avoir liquidé tous ses camarades sud-kivutiens du PPRD, a opposé Kabila à Modeste Bahati Lukwebo et lui livre présentement une salle guerre politique et fiscale. Son Fizi, devenu un entrepôt des groupes armés, les souffrances de ses parents ne bougent à rien sa détermination à y trafiquer armes et munitions.

Néhémie est effectivement l’homme politique du Sud-Kivu qui doit et maintien son statut dans le chaos. Sa cité rebelle est bien sa ressource politique et une zone par excellence de fraude minière. Tous les ressortissants de Fizi le disent : « tant que Néhémie Mwilanya sera présent dans les institutions politiques à Kinshasa, Fizi sera meurtrie ». Par sa politique de la terre brûlée les communautés s’entendront un jour et se battront cent jours. « Cet homme est une cruche d’acide sulfurique qui brûlé les passions, les volontés, des hommes vertueux ».

Pour d’autres internautes, plusieurs hommes politiques de la province du Sud-Kivu qui ont eu la charge des hautes institutions présentent le même tableau que Mwilanya.

« Nous avons toujours eu des hommes, des hauts gradés ressortissants du Sud-Kivu à la tête de ce pays. Jusqu’aujourd’hui, rien ne reflète leur passage à ces directions. (…) Vital Kamerhe, Bahati Lukwebo, Mwilanya et les autres n’ont rien fait pour cette province malgré les responsabilités qu’ils ont déjà assumées dans ce pays », rétorque l’ingénieur Delphin qui invite les jeunes à éviter de se laisser manipuler par les hommes politiques qui ne visent que leurs propres intérêts au détriment du peuple qui les a élus.

Gisèle Kabika