A deux semaines de la tenue des élections en République démocratique du Congo, l’incertitude plane dans certains esprits sur la volonté de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) d’organiser les scrutins le 23 décembre 2018. En province du Sud-Kivu, un activiste des droits humains prévient la classe politique congolaise, la CENI et la communauté internationale contre toute parodie d’élections.

« Nous observons de très près le processus électoral en cours en RDC, mais restons inquiets de
L’issue favorable de ce dernier vu toutes les controverses qui l’entourent. Nous prévenons la CENI et la classe politique congolaise contre toute parodie d’élection en RDC », écrit Samy Mulemangabo, militant du Mouvement citoyen Réveil des indignés, dans une correspondance ce Jeudi 06 décembre, dont la rédaction de Kivuavenir.com s’est procuré une copie.

Prévues pourtant au 23 décembre, “des questions quant à l’issue des urnes” n’est pas mise de côté.

« À seize jours des scrutins présidentiel, législatifs national et provincial, d’aucuns se demandent quelle sera l’issue de ce processus électoral. Les acteurs clés de ce processus notamment la CENI, le gouvernement et les politiques brillent d’une part avec un certain laxisme quant au respect des valeurs démocratiques et d’autre part, l’indifférence quant à l’aboutissement en douceur de ce dernier par des élections qui se tiennent ce 23.12.2018, un événement historique et déterminant pour l’avenir du pays», ajoute-t-il.

Il regrette que la CENI n’ait pas tenu compte des revendications et recommandations
Diverses lui adressées par les parties prenantes au processus électoral, notamment de l’opposition, la CENCO, la société civile, le groupe des experts de l’organisation internationale de la francophonie et des experts britanniques.

«Son opiniâtreté à utiliser la machine à voter malgré le manque de consensus autour de cette dernière, le non élagage des 16% d’électeurs enrôlés sans empreintes, le non nettoyage du fichier électoral, le refus par le gouvernement d’accréditer des observateurs internationaux avec toutes ces observations, en plus d’autres divers éléments, sont entre autres de facteurs qui peuvent chaotique le pays », regrette-t-il.

En vue de promouvoir la paix et la bonne démocratie, ce militant du réveil des indignés au Sud-Kivu en appelle à la responsabilité de tous et réitère le vœu de voir ce processus électoral aboutir à des élections crédibles, transparentes, libres, démocratiques et apaisées.

 

Joseph Manegabe