La République démocratique du Congo, dans sa partie orientale, est déchirée par plusieurs conflits meurtriers dont la plupart sont causés par la présence et l’activisme prolongés des groupes armés qui déciment, violent, pillent et tuent des paisibles citoyens.  Ils constituent un frein au développement de la province et l’épanouissement social, obligeant des populations aux déplacements massifs et exposant ainsi des citoyens à l’errance et aux intempéries dans une région déjà frappée par l’épidémie du virus Ebola.

Une situation qui trouble même la cohésion sociale entre communautés, empêche la pratique de l’agriculture dans les milieux ruraux et amène les populations à fuir les villages pour se concentrer dans les centres urbains.

La volonté manifeste du chef de l’Etat d’investir prioritairement dans le retour de la paix et la sécurité des citoyens en RDC en général et dans la partie Est du pays en particulier, suscite espoir au sein des populations du Sud-Kivu.

Dans l’opinion et différents salons politiques, contactées par la rédaction de Kivuavenir.com, circulent déjà des noms des personnalités de la société civile pour contribuer aux efforts d’éradication des groupes armés et travailler pour la restauration de la paix et la cohésion sociale entre les communautés. Pendant que des politiques s’arrogent déjà abusivement le rôle de médiateurs dans les conflits qui déchirent le Sud-Kivu, des propositions de noms des personnalités indépendantes de la société civile circulent dans l’opinion pour assurer la médiation pour un rapprochement entre communautés en vue d’une gestion rationnelle des conflits et l’éradication des groupes armés.

Voici les noms de ces personnalités : le Prof Bosco Muchukiwa, Prof. Mashanda, Me Patient Bashombe, Déo Buuma, Dr Denis Mukwege, Prof. Moise CIfende, Amb. Hamuli Kabarhuza, Amb. Bienvenu Karhakubwa, Bosco Muhemeri, Prof. Doudou  Kaganda, Gérard Kwigwasa, Stella Yanda, Cyprien Birhingingwa et Pasteur Bulambo Lembelembe.

En effet, si le Dr Mukwege (Prix Nobel de la Paix 2018) jouit d’une grande notoriété internationale pour ses actions comme réparateur de femmes violées, l’ambassadeur Bienvenu Karhakubwa, le professeur Bosco Muchukiwa et le professeur  Mushanda jouissent d’une connaissance avérée en études et recherches sur la paix et une expérience pratique de gestion et médiation de ces conflits sur terrain. Me Patient Bashombe a l’avantage d’être le président de la société civile du Sud-Kivu, Déo Buuma est membre du même bureau de la société civile avec son APC qui travaille beaucoup à Kalehe dont il est originaire. Stella Yanda est la seule femme dans ce groupe, ce qui lui donne aussi un privilège… Gérard Kwigwasa, Cyprien Biringingwa et le pasteur Bulambo Lembelembe et les autres sont aussi valables.

Il est visiblement clair que la société civile a des notables et regorge des compétences pour mener des médiations et des actions de pacification afin de mettre fin aux troubles de la paix dans cette partie de la RDC, s’ils ont l’appui des institutions de la République avec une volonté engagée.

La population qui ne jure que par la paix et la sécurité a besoin des personnalités indépendantes crédibles et non des partisans, pécheurs en eaux troubles, qui sont toujours accusés d’organiser et attiser des troubles en parrainant des groupes armés et milices perturbateurs de la paix.

Kivuavenir.com