L’opération de traque des groupes armés actifs dans l’Est de la République démocratique du Congo se poursuit. Dans la province du Sud-Kivu en territoire de Kalehe, la société civile salue avec enthousiasme l’opération mais demande au gouvernement congolais et à la Monusco de prendre des mesures efficaces pour assurer la sécurité des populations civiles vivant dans la zone ciblée pour l’opération.

« Le Cadre de concertation territorial de la société civile de Kalehe demande au gouvernement congolais et à son partenaire MONUSCO de mettre en place des mesures sécuritaires pour protéger notre population pendant les opérations contre les groupes armés étrangers et locaux actifs dans le territoire de Kalehe, prévues prochainement pour prévenir toute violation de droits humains […] », insiste Delphin Birimbi, Président du CCTSC Kalehe interrogé par la rédaction de Kivuavenir.com

Ce moment n’étant pas une occasion pour la population d’offrir l’hospitalité aux forces négatives, la société civile en appelle à la collaboration entre les habitants et l’armée.

« Nous demandons également à la population de continuer à collaborer avec notre armée FARDC en dénonçant les malfaiteurs pendant et après les opérations », rappelle-t-il.

En province du Sud-Kivu, faut-il le noter, le territoire de Kalehe est parmi les territoires où les groupes armés étrangers et locaux sont très actifs avec tout ce que cela présente comme conséquences sur la population civile.

Gisèle K