La violation Flagrante des lois et des droits de l’homme règnent à  Minembwe de manière expresse. Des auteurs sont les autorités d’une part et l’inadvertance de la population de l’autre part rapporte l’agence sociale ASPOP RDC.

L’agence sociale pour la promotion de la sécurité, la paix et l’ordre en république démocratique du Congo ASPOP RDC en sigle, dans sa lettre du 14 nov. 2018 adressée au chef d’encadrement administratif de Minembwe liste les cas de violation des lois et des droits humains témoignés par la population locale et enregistrés par cette organisation.

Parmi ces violations les arrestations arbitraires, détention prolongées dépassant la durée légale de garde à vue ;le refus d’assister et de défendre les présumés qui portant reste innocent juridiquement ;demande de frais des procès-verbaux lors de la comparution d’un détenu ;demande de frais d’invitation lors que la personne est invité au service de l’état habiletés ;détention des personnes pour dette ;détention de personnes pour des faits qui ne font pas l’objet de la loi «cas d’accusation en matière de la sorcellerie ;… »

Selon cette agence tous ces actes et d’autres similaires créent la psychose chez la population et poussent les gens à se venger les uns sur les autres enfreignent la cohabitation pacifique, la cohésion sociale et la stabilité de la population.

L’ASPOP RDC demande au chef de poste d’encadrement administratif de Minembwe de prendre les mesures qui s’imposent, de veiller à l’application des lois, à faire respecter les droits humains d’en interpeler les violateurs, de dénoncer les malfaiteurs pour afin garantir un état de droit tel qu’il est stipulé à l’article 1er de la constitution du pays.

Au cas où cette situation d’impunité persiste LASPOP RDC se verra obliger de faire rapport à qui de droit.

 

Lire aussi:

LES COMPORTEMENT DE LA POLICE DE KIPUPU DEPLAISE LE CHEF DE SECTEUR

Le chef de secteur d’ITOMBWE dans le territoire de MWENGA condamne les comportements des policiers affectés dans sa juridiction précisément au chef-lieu du secteur.

KININGA KIKI fait savoir que des policiers passent leur temps à déambuler au lieu de faire leur travail qui est de sécuriser la population et leurs biens.

 

‘’Le problème en est que le district nous a doté des policiers plus absent sur terrain ; il se passe une semaine sans voir même un agent de sécurité dans la zone. La population semble être abandonnée. Ces policiers ne travaillent pas comme il faut’’’ se plaint le numéro un du secteur d’itombwe.

Il précise que jusqu’à la place de la police ; ce sont les habitants qui font hisser le drapeau au chef-lieu du secteur a KIPUPU.

Pour kininga kiki ; l’inspection provinciale de la police à BUKAVU avait promis de doter le secteur d’itombwe Douze éléments de la police de la section avancée pour sécuriser l’entité malheureusement ces policiers ne sont jamais arrivés.

L’autorité du secteur d’itombwe recommande au commandant de la police de changer et déployer cette force de la police avancée car la population de KIPUPU et aux environnements vit dans la peur a quelques jours de la tenue des élections.

 

Ghislain Bafunyembaka